Princeton : contre le « racisme systémique », cours de latin et grec remplacés par race et identité


Université de Princeton, Flickr, Jonathan Hawkins


Le président de l'université de Princeton aux Etats-Unis, M. Eisgruber, a décidé de placer son établissement à la pointe de la lutte contre le "racisme systémique". Il semble prêt à tout afin de faire plus de place à l'enseignement de la race, du privilège blanc et autres concepts issus des Colonials studies, même à sacrifier une partie de l'enseignement classique, notamment le latin et le grec.


Les changements de programmes concernent essentiellement les départements de Politique et de Lettres Classiques. Comme le rapporte le journal des anciens de l'Université, le département de politique vient de créer une filière consacrée à la race et l'identité.


Les étudiants devront suivre le cours, désormais hissé au rang des enseignements de base, « Race and Politics in the United States » (race et politique aux États-Unis) ; puis ils devront choisir 3 cours supplémentaires parmi les 14 consacrés à la race et l'identité que propose l'établissement ; et enfin, ils auront à intégrer la question de la "race" dans le cadre de leur cursus post-licence.


Quant à la filière lettres classiques qui imposait jusqu'à présent une maîtrise intermédiaire du latin ou du grec, (étonnant) elle a décidé de corriger cela. Le latin et le grec, s'ils ne sont pas totalement supprimés (cancelled), seront désormais relégués au rang des options très facultatives.


Le Président de l'Université assume et s'en félicite : « Nous pensons que l'arrivée de personnes qui n'ont peut-être pas étudié les classiques au lycée et qui n'ont peut-être jamais été exposées au grec et au latin fera du département une communauté intellectuelle plus dynamique ».


C'est, peut-être, cela la conception "intersectionnelle" du mérite et de l'excellence !




1 108 vues0 commentaire

Aidez nous à financer nos actions et nos travaux

en toute indépendance