Royaume-Uni : l'Université d'York retire les 3 singes de la sagesse pour stéréotype raciste


Sculpture de Hidari Jingoro au sanctuaire Tōshōgū à Nikkō (Japon)


Les trois singes de la sagesse constituent une œuvre millénaire dont l'origine est attribuée à une maxime de Confucius. Sa représentation la plus ancienne connue, dont la sculpture se trouve dans un sanctuaire au Japon, a été transposée par un moine Bouddhiste : « Ne pas voir le Mal, ne pas entendre le Mal, ne pas dire le Mal ». À ces fins, l'un se couvre les yeux, l'autre les oreilles et le troisième la bouche.


Cette allégorie est tellement connue et populaire qu'elle se décline même en émoticones sur le clavier de nos smartphones 🙈🙉🙊. Personne ne l'avait jugé « problématique » jusqu'à ce que l'Université d'York, une des plus prestigieuses de Grande-Bretagne, se sente obligée de s'excuser pour avoir repris cette représentation sur son site internet.


Une porte-parole de l'Université de York, citée par le journal le Sun, a déclaré qu'ils « craignaient d'insulter accidentellement les gens » du fait de « l'oppression et des stéréotypes que ce symbole véhicule ».


« Il a été considéré qu'un singe, qui a été utilisé de manière désobligeante dans le passé, pouvait offenser dans ce contexte, bien que ce ne soit pas l'intention des organisateurs, l'image a donc été retirée ».


Une décision incomprise par une majorité de spécialistes


Nombreux sont ceux à n'avoir pas encore réussi à faire un lien entre allégorie de sagesse et oppression. Comme le souligne le Dr Lucia Dolce, dans The Sun, qui étudie le bouddhisme japonais à l'École des études orientales et africaines (SOAS) de Londres depuis 20 ans, l'image positive du singe et son caractère sacré dans la culture japonaise, et cette polémique sont antinomiques.


Mais être « woke » est rarement synonyme d'être cultivé et les adeptes de cette Cancel Culture ne sont pas à un amalgame près pour dénicher des symboles d'oppression même là où l'intention est tout autre.



1 890 vues0 commentaire

Aidez nous à financer nos actions et nos travaux

en toute indépendance